- Destiné à un jeune public à partir de 4 ans.
- Jauge public limitée à 100 personnes.
- Durée du spectacle de 45 mn environ.
- Autonome techniquement LE PETIT
CHAPERON
ROUZE
Conte musical illustré Un immense livre 1,60 m x1,20 m d’une douzaine de pages constitue l’essentiel du décor. Sur ses pages sont illustrées les    
                                                           différentes scènes du conte «Le Petit Chaperon Rouze». La fin de cette adaptation est 
                                                               bien la même que la version originale et le Petit Chaperon se fait manger !
                                                                 Mais c’est un bon prétexte pour imaginer une fin supplémentaire, une autre fin,
                                                           un peu plus folle, un peu moins sombre, plus actuelle !  
                                                                 Alors, pendant que la conteuse tourne les pages illustrant son récit, le peintre
                                                                 entreprend de peindre en direct devant les enfants une autre fin, SA fin de l’histoire.
                                                                 De la connivence entre les deux comédiens naîtra un partage du récit, des prétextes à
                                                                 chansons et un challenge à remporter : Peindre une dernière image le temps d’un spectacle ! Le sujet...
C’est une version revisitée du Petit Chaperon Rouge, pour une comédienne conteuse et un peintre musicien.

Il était une fois, dans un pays qui n’existe pas, une toute petite fille (minuscule) qui répondait au doux prénom de Rose. Comme bien des enfants du pays qui n’existe pas, la toute petite Rose adorait se balancer,  au fond du jardin. Là, elle pouvait laisser flotter  ses pensées. Rose pensait en fait beaucoup. Elle pensait, tranquillement, tout en admirant les arbres en fleurs . Il faut dire que, dans le pays de Rose, ne se dressaient pas des forêts de chênes ou de marronniers, non, il se dressait, pour le plaisir de chacun, des forêts de fleurs. Et les forêts de fleurs, dit-on au pays qui n’existe pas, ça donne à penser.... 
Il s’est passé un grand événement dans la vie de Rose. C’était le jour de ses sept ans. Cet après-midi là, après avoir soufflé
ses bougies, Rose reçut de Grand-mère Violette un chaperon de laine rouge. Mais le plus extraordinaire est que maman était parvenu à coudre sur le manteau à capuche des ailes de laine... rouge. Folle de joie, Rose se mit à tourbillonner dans la cuisine puis dans le jardin... 

Rose, le Petit Chaperon Rouze, n’a jamais vu son père et n’a jamais vu de loup. Lorsqu’elle en croise un pour la première fois elle est certaine que cette créature est son père. Il porte une cravate de laine rouge, comme celle de son papa qu’on peut voir dans l’album de famille sur la deuxième photo de la cinquième page prise le jour de son départ ! Il a beaucoup changé... 
C’est parce qu’il voit un intérêt à rencontrer mère-grand, qui parait-il est énorme, que le loup entre dans le jeu de Rose. Il sera son papa jusqu’à la maison de mémé Violette, après...

C’est dans un univers poétique, ludique et fantastique que se déroule ce conte plein d’humour. Et dans ce décor coloré, certains pourront entrevoir en filigrane comme dans beaucoup de contes, un sujet abordé bien plus profond. C’est difficile de savoir reconnaître un loup dans notre société. Et c’est bien plus difficile encore d’acquérir le savoir pour lui résister. Est-il vraiment celui que l’on croit ? Il y a des papas, il y a des loups, des loups qui jouent aux papas et des papas qui se transforment en loups. Et de ceux là, il en existe aux griffes acérées, aux dents aiguisées sous un sourire étincelant qui porte tout de même des cravates. Mais on ne voit souvent d’eux que la cravate ... “Les hommes se distinguent par ce qu’ils montrent et se ressemblent par ce qu’ils cachent. “
Paul Valéry Ecriture, jeu et mise en scène : Béatrice Moulin et Didier Pourrat
Aide à la mise en scène : Maud Terrillon
Scénographie et musique : Didier Pourrat
Costumes : Emilie Proust
Administration : Corinne Badiou Crédit photos
P. Grenier et M. Terrillon
Technique Accueil